Golfe : demain, la guerre ?


Skip Navigation Links

L’Iran pourrait devenir un enfer pour les États-Unis et leurs alliés

Golfe : demain, la guerre

Publié le 28 Mai 2019 | khippi.com






Une agression américaine contre l’Iran commencerait comme en Irak, en Libye ou en Yougoslavie, avec l’imposition d’une « zone d’exclusion aérienne » pour l’aviation iranienne dans son propre espace aérien. Suivi de frappes aériennes et de lancements de missiles de croisière américains. Mais depuis plus de dix ans, l’Iran a conçu les stratégies de réponse les plus efficaces et est capable de surprises désagréables pour les Américains.

Il est vrai que le blocus imposé par les États-Unis aux exportations de pétrole de l’Iran profite également un peu à la Russie. Mais arrêter l’approvisionnement en produits pétroliers de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et de Bahreïn signifierait une augmentation des coûts de 50 fois pour Moscou. C’est pourquoi le Kremlin n’interviendra en aucune manière.

Très probablement, s’il est attaqué, l’Iran ouvrira d’autres fronts, frappant les alliés des États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite (ainsi que ses Emirats satellites). Rappelons-nous que le 14 mai, deux drones yéménites Qasef-2K ont démantelé deux stations de pompage de l’oléoduc est-ouest reliant Riyad au terminal de Yenbu depuis la mer Rouge. Les cibles sont situées à plus de 700 km de la frontière entre le Yémen et l’Arabie saoudite. Par conséquent, leurs coordonnées ont été fixées au GPS.



Le guidage des drones Qasef-2K, conçus et fabriqués au Yémen, s’est fait par l’intermédiaire d’équipements de retransmission radio par satellite. Le principal pipeline de gaz et de pétrole d’Arabie saoudite a été construit pendant la guerre entre l’Iran et l’Irak. Il effectue le transfert de la côte du golfe Persique à la mer Rouge, il a une longueur de 1200 km et passe à 70% de la production quotidienne de l’Arabie Saoudite. Étant dans le désert, le pipeline n’est pas protégé par l’armée saoudienne.

Il est prévisible qu’une fois attaqué, l’Iran armera l’armée yéménite, fidèle au président Ali Abdullah Saleh. Cela résiste à quatre années d’invasion par des mercenaires saoudiens, soutenus par les États-Unis. Que ce soit en mer ou via Oman, l’Iran peut envoyer au Yémen de plus en plus de moyens de lutte contre l’infrastructure de transport de pétrole saoudien, de Bahreïn et des Emirats Arabes Unis. On peut constater que l’ensemble de la côte est de l’Arabie saoudite, le Bahreïn et le terminal pétrolier de Fujairah aux Émirats arabes unis sont à la portée des drones Qasef-2K.

L’aviation israélienne a bombardé des cibles militaires syriennes et l’armée israélienne a soutenu les terroristes islamistes contre l’armée syrienne, bien qu’Israël n’ait pas déclaré la guerre à la Syrie. La Russie aide maintenant l’armée syrienne à se débarrasser de ses armes anciennes et à s’en doter de nouvelles. En 8 ans de guerre, la Syrie a également capturé des quantités impressionnantes d’armes des terroristes islamistes, via les États-Unis, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Qatar et la Turquie. L’Iran est le seul pays à avoir aidé l’armée syrienne depuis 2011. C’est pourquoi il est possible que le deuxième front que l’Iran ouvrira sera pour viser la dégradation de la situation intérieure en Israël. Profitant de la fureur des Palestiniens dans la bande de Gaza, de la capacité de de combat de plus en plus importante du Hezbollah libanais et de la grande hostilité de l’armée syrienne.