Trump est prêt à lever les sanctions en échange de « négociations », l’Iran refuse et s’affirme prêt à la guerre

KHIPPI | Politique Economie Sports> Lifestyle People Migration Tech & Science Crimes
trump-est-pret-a-lever-les-sanctions-en-echange-de-negociations-liran-refuse
Skip Navigation Links

Trump est prêt à lever les sanctions en échange de « négociations », l’Iran refuse et s’affirme prêt à la guerre



Publié le 30 Septembre 2019 | khippi.com




« Nous avons discuté de divers problèmes avec différents pays et tous ont condamné le retrait des États-Unis du JCPOA et leurs pressions. C’est un grand succès pour l’Iran. »

Les pays européens ont tellement envie de négocier avec l’Iran qu’ils ont affirmé que les États-Unis mettraient fin à leur régime de sanctions si Téhéran était disposé à engager un dialogue, a déclaré le Président Hassan Rouhani.

Selon Rouhani, les signataires européens de l’accord nucléaire de 2015 l’ont exhorté à rencontrer le Président américain Donald Trump, en promettant que Washington lèverait « toutes » les sanctions en contrepartie.

« Trois des six pays, à savoir le chancelier allemand, le Premier ministre britannique et le Président français, ont tous insisté pour que la réunion se tienne, affirmant que les États-Unis lèveraient toutes les sanctions » en retour, a déclaré le Président iranien.

Il a déclaré qu’il avait rejeté la proposition car, « sous sanctions et avec une pression maximale », il aurait été impossible de prédire le résultat final de toute négociation.

Sur Twitter, Trump a rapidement nié avoir offert un quelconque assouplissement à l’Iran, affirmant que Téhéran avait exigé une levée des sanctions comme condition préalable aux négociations, mais qu’il avait « bien sûr » refusé.

« Que quiconque veut que son territoire devienne le principal champ de bataille nous attaque », a-t-il déclaré.



Dans sa déclaration, Rouhani a également déclaré que de nombreux pays s’étaient affirmés aux côtés de l’Iran lors de leurs entretiens en face à face en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies.

De son côté, le chef du corps des Gardiens de la Révolution Islamique d’Iran (IRGC) a promis d’abattre tous les drones violant l’espace aérien du pays et de repousser tout agresseur. L’avertissement est venu après que les États-Unis aient accusé l’Iran d’avoir frappé des sites pétroliers saoudiens.

Téhéran est prêt pour « n’importe quel scénario » et reste déterminé à riposter « jusqu’à la destruction totale de tout agresseur », a déclaré à la presse le commandant de l’IRGC, le Général Hossein Salami, lors d’une conférence de presse le 21 septembre.

Salami a fait ses commentaires en présentant les pièces d’un drone d’espionnage américain RQ-4 Global Hawk qui a été abattu par l’IRGC au-dessus du détroit d’Hormuz en juin. L’Iran a affirmé que le drone avait violé son espace aérien, bien que cela ait été contesté par Washington. Salami a promis de « prendre des mesures » contre tous les drones étrangers violant les frontières du pays.

« Quiconque franchit nos frontières, nous le frapperons », a-t-il déclaré.

Les tensions entre l’Iran et les États-Unis se sont à nouveau intensifiées la semaine dernière, après que des drones armés ont frappé deux raffineries de pétrole saoudiennes, paralysant temporairement la production de pétrole du royaume.

Les rebelles Houthis du Yémen ont rapidement affirmé avoir lancé l’attaque. Les États-Unis et les Saoudiens, rejoints par la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne, ont toutefois accusé l’Iran de rejeter toute implication dans les frappes de drones.

Le Secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a indiqué que Washington pourrait accroître sa « pression maximale » contre Téhéran et constituer une coalition anti-iranienne. Les responsables de l’armée iranienne ont réagi en renouvelant leur engagement de riposter farouchement s’ils étaient attaqués.