Fou de jalousie, un ado décapite son rival et lui coupe les mains

Skip Navigation Links

Fou de jalousie, un ado décapite son rival et lui coupe les mains

Fou de jalousie

Publié le 1er Mai 2019 | khippi.com






Mathew Borges avait seulement 15 ans lorsque l’irréparable s’est produit. Le 1er décembre 2016, Lee Manuel Viloria-Paulino a été retrouvé mort, le corps décapité près d’une rivière de Lawrence. Sa tête et ses mains avaient été coupées et cachés dans un sac non loin du cadavre. Dans un premier temps, Mathew Borges a expliqué aux enquêteurs avoir passé un moment avec la victime, le 18 novembre, à fumer tous les deux de la marijuana. Puis, leurs chemins s’étaient séparés, avait-il raconté.

L’enquête a finalement révélé que l’adolescent aurait tué son camarade, poussé par une rage folle. Mathew Borges était persuadé que Lee Manuel Viloria-Paulino, âgé de 16 ans, avait des relations sexuelles avec sa petite amie, provoquant leur rupture.



Dans des messages envoyés à une amie, l’accusé aurait d’ailleurs exprimé son envie de meurtre. «Je pense à tuer quelqu’un et ça me fait rire… Je ne pense qu’à ça chaque jour», aurait-il lancé, d’après CBS. Il aurait ajouté : «La prochaine fois que tu me verras, regarde mes yeux parce que ça sera la dernière fois qu’ils seront comme ça. Après, ils seront morts». Le lendemain, Lee Manuel Viloria-Paulino était porté disparu.

Après l’arrestation de l’adolescent, un carnet intime a été retrouvé chez lui. «L’accusé y raconte l’avoir poignardé à mort et coupé sa tête et ses mains afin qu’on ne puisse pas l’identifier», a expliqué le procureur à l’ouverture du procès. Le carnet sera utilisé comme preuve lors des audiences. Mais les avocats de Mathew Borges estiment que les écrits du jeune homme ne sont pas suffisants pour le faire condamner. «Il n’y a pas d’arme du crime, il n’y a pas d’outils servant à le démembrer, il n’y a pas d’empreintes, il n’y a pas de sang, pas d’ADN», ont-il rappelé. Deux jeunes femmes ont accepté de témoigner contre l’accusé, une ancienne petite amie, Leilany Dejesus, et une autre adolescente, Stephanie Soriano, à qui il a envoyé les fameux messages à l’époque. Le procès devrait durer trois semaines.