Un an après l'assassinat de Marielle Franco au Brésil, deux policiers arrêtés


Un an après l'assassinat de Marielle Franco au Brésil, deux policiers arrêtés

Marielle Franco au Brésile


Publié le 12 Mars 2019 | khippi.com




L'assassinat de l'élue noire Marielle Franco avait provoqué un soulèvement au Brésil et des milliers de personnes étaient descendues dans les rues.



L'affaire s'éclaircit, un an après les faits. Deux policiers soupçonnés d'être impliqués dans l'assassinat en mars 2018 de l'élue noire Marielle Franco et de son chauffeur ont été arrêtés ce mardi 12 mars au matin à Rio de Janeiro, selon le site d'informations G1 citant des sources judiciaires.

Il s'agit de deux membres de la police militaire, dont l'un est soupçonné d'être l'auteur des tirs, et l'autre d'être le chauffeur du véhicule à bord duquel ils circulaient, selon ces sources.

Marielle Franco, une conseillère municipale de Rio née dans une favela et fortement engagée contre le racisme, l'homophobie et la violence policière a été abattue dans sa voiture avec son chauffeur Anderson Gomes le soir du 14 mars, à l'âge de 38 ans. Elle était conseillère du Parti du socialisme et de la liberté (PSOL, gauche).

Un crime planifié pendant trois mois



Le drame avait provoqué des manifestations massives dans tout le Brésil, comme vous pouvez le voir dans la vidéo à la fin de cet article. Selon les services du procureur en charge de la lutte contre le crime organisé, l'assassinat a été méticuleusement planifié pendant trois mois.

Rio de Janeiro est confrontée depuis une vingtaine d'années au phénomène des milices, des groupes formés d'agents ou d'ex-agents de sécurité qui font régner leur loi dans les favelas.

Marielle Franco avait dénoncé les dernières semaines précédant sa mort un accroissement de la violence policière dans les favelas, quartiers populaires où vit un quart de la population de Rio et où les autorités mènent une guerre sans merci contre le trafic de drogue. "Combien de gens vont devoir mourir pour que cette guerre prenne fin", avait-elle publié dans son dernier message dans sur réseaux sociaux.