Victoria, violée et démembrée le jour de ses dix ans : l’accusée ne conteste plus les faits


Victoria, violée et démembrée le jour de ses dix ans : l’accusée ne conteste plus les faits

khippi


Publié le 9 Janvier 2019 | khippi.com




Alors que son procès devait s’ouvrir, Jessica Kelley, accusée –avec deux autres personnes– du meurtre sauvage de la petite Victoria a accepté de passer un accord avec la justice. Elle ne contestera pas les faits dont elle est accusée.



En apparaissant lundi devant le juge, Jessica Kelley n’a montré aucune émotion. Ni remord, ni empathie, ni soulagement. La jeune femme est accusée d’avoir pris part au meurtre de la jeune Victoria, violée et démembrée le jour de ses dix jours, en 2016. Les résultats de l’autopsie ont révélé que Victoria a été tuée par strangulation, indique CBS. Les examens ont également montré que l’enfant avait été abusée sexuellement à plusieurs reprises dans le passé avant d’être violée et tuée. Elle a ensuite été démembrée. Pour commettre leur abominable acte, les meurtriers ont fracturé sa colonne vertébrale et découpé sa chair, exposant ainsi ses organes, dont certains lui ont été retirés. D’après l’enquête de police, la mère, Michelle Martens, a regardé son compagnon Fabian Gonzales violer et étrangler la jeune victime. C’est également lui, aidé de sa cousine Jessica Kelley, qui auraient démembré le corps.

Jessica Kelley avait essayé à deux reprises d’alléger sa future peine, en vain. Mais cette fois-ci, le juge a accepté son souhait de ne pas contester les faits pour lesquels elle est accusée, lui évitant ainsi un procès. Poursuivie pour maltraitances ayant entraîné la mort d’une enfant, pour tentative de dissimulation de preuves et pour agression aggravée, elle encourt jusqu’à 50 ans de prison, indique la chaîne KTSM. Son avocat a précisé que sa peine pourrait être réduite de plus de moitié grâce notamment au temps déjà passé en prison et si elle affiche un bon comportement. Son accord avec la justice ne signifie toutefois pas qu’elle avoue être coupable.

La petite fille forcée à boire de l'alcool

La mère de Victoria a de son côté accepté de plaider coupable d’abus sur mineur ayant causé la mort d’un enfant. Elle encourt de 12 à 15 ans de prison. Quant au compagnon de cette dernière, il est accusé d’abus sur mineur ayant entraîné la mort d'un enfant et de tentative de dissimulation de preuves. Son procès a été reporté. Son avocat affirme que son client est innocent et qu’il n’acceptera aucun accord avec la justice. Bien que la police ait initialement accusé l’homme et Jessica Kelley d’avoir étranglé la petite Victoria, le procureur a évoqué la présence d’un homme toujours non identifié qui aurait lui aussi pris part au meurtre. L’ADN de cette personne a été découvert sur le corps de la petite fille. Il est pour l’instant poursuivi en tant que «John Doe» (le nom donné aux Etats-Unis pour les personnes anonymes).

Selon la police, la mère a expliqué après son arrestation que sa fille a été droguée par son compagnon et la cousine de celui-ci afin de la calmer avant d’avoir un rapport sexuel avec elle. L'autopsie a révélé qu'elle n'avait pas ingéré de drogue mais avait en revanche été forcée à boire de l'alcool. La mère aurait également reconnu avoir cherché des hommes sur Internet et au travail pour agresser sexuellement sa fille parce qu’elle «aimait regarder».