Eprouvé par les déboires du 737 MAX, Boeing essuie la plus grosse perte de son histoire




Publié le 25 Juillet 2019 | khippi.com




Tous les signaux sont au rouge. L’avionneur Boeing a annoncé, mercredi 24 juillet, une perte nette record de 2,94 milliards de dollars (2,64 milliards d’euros) au deuxième trimestre, conséquence des déboires de son avion vedette, le 737 MAX. Ce dernier est cloué au sol depuis plus de quatre mois, après deux accidents ayant fait 346 morts.

Les comptes de l’entreprise ont été plombés par une charge colossale de 5,6 milliards de dollars. Le chiffre d’affaires trimestriel a, lui, plongé de 35 % à 15,75 milliards de dollars, en raison de la suspension des livraisons du 737 MAX.

Lire aussi Les Boeing 737 MAX interdits de vol pour une durée indéterminée

Indemnisations à prévoir

A titre de comparaison, le constructeur aéronautique avait gagné 2,2 milliards de dollars au deuxième trimestre 2018. En un an, les livraisons d’appareils commerciaux sont passées de 194 unités au deuxième trimestre 2018 à 90 seulement. Jusqu’ici, la plus lourde perte du géant de l’aéronautique était de 1,6 milliard, au troisième trimestre 2009.



A Wall Street, le titre ne reculait toutefois que de 0,69 % à la mi-journée, les investisseurs semblant peu inquiets par ces résultats. Boeing a d’ailleurs augmenté de 20 % (à 1,2 milliard de dollars) les dividendes versés aux actionnaires pour le compte du deuxième trimestre.

La perte n’est pas une surprise, le groupe de Chicago (Illinois) ayant prévenu récemment qu’il allait inscrire une charge de 5,6 milliards de dollars dans ses comptes trimestriels pour les compensations des compagnies aériennes. Celles-ci ont dû annuler des milliers de vols depuis l’immobilisation du 737 MAX et remplacer ces avions dans leurs plans par d’autres appareils. Les indemnisations prendront différentes formes, estiment les experts : rabais, services de maintenance, formation des personnels…

La charge ne comprend en revanche ni les possibles indemnisations à verser aux familles des victimes des deux crashes à l’origine de l’immobilisation du 737 MAX – elles ont déjà porté plainte –, ni les possibles amendes des autorités américaines qui enquêtent sur le développement du 737 MAX.

Dennis Muilenburg, le PDG de Boeing, a indiqué mercredi que l’avionneur américain pourrait cesser de produire « temporairement » son monocouloir 737 MAX en cas d’immobilisation prolongée au sol. « Si notre estimation du retour en service [du MAX] devait changer, nous pourrions examiner des réductions de cadences de production supplémentaires et d’autres options, dont un arrêt temporaire de la production », a-t-il déclaré, lors d’une conférence téléphonique.

Pour le moment, l’avionneur américain espère obtenir une levée de l’interdiction de vol au début du quatrième trimestre 2019. En attendant, l’entreprise teste le correctif du système antidécrochage MCAS du MAX, mis en cause dans les deux accidents d’Ethiopian Airlines et de Lion Air. Le groupe le soumettra « une fois remplies toutes les exigences en matière de certification de la FAA », l’agence fédérale américaine de l’aviation.