Libye: un raid aérien tue 40 migrants d'un centre de la banlieue de Tripoli

KHIPPI | Politique Economie Sports> Lifestyle People Migration Tech & Science Crimes
Skip Navigation Links

Libye: un raid aérien tue 40 migrants d'un centre de la banlieue de Tripoli

Libye

Publié le 3 Juillet 2019 | khippi.com






Un raid aérien a coûté la vie à près de quarante personnes dans un centre de migrants à Tajoura dans la banlieue-est de Tripoli. Plus de 70 autres sont blessées. La frappe n'a pas été revendiquée mais les responsables du centre l'attribuent au maréchal Khalifa Haftar.

"Le bilan pourrait s'aggraver", a ajouté un porte-parole des services de secours, Osama Ali, alors que les attaques ont fait aussi plus de 70 blessés. Selon lui, 120 migrants étaient détenus dans le hangar qui a été atteint de plein fouet par la frappe. Mercredi, Médecins Sans Frontières (MSF) a dit avoir visité le site quelques heures avant la frappe et a dénoncé une action "horrible qui aurait pu être facilement évitée".

Selon l'ONG, plus de 600 personnes se trouvaient dans ce centre au moment du raid aérien. Plusieurs corps gisaient sur le sol du hangar aux côtés de restes humains mêlés aux affaires et vêtements des migrants maculés de sang, selon un photographe de l'AFP sur place. Les services de secours étaient encore à la recherche d'éventuels survivants sous les décombres, tandis que des dizaines d'ambulances se précipitaient sur place, selon la même source.



Dans un communiqué, le gouvernement d'union nationale (GNA) basé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale a dénoncé "un crime odieux" qu'il attribue au "criminel de guerre, Khalifa Haftar", l'homme fort de l'est libyen qui cherche à conquérir Tripoli. L'attaque était "préméditée" et "précise" contre le centre de migrants, ajoute le GNA.

La frappe contre le centre n'a pas été revendiquée, mais des médias pro-Haftar ont fait état mardi soir d'une "série de raids aériens" à Tripoli et Tajoura. La banlieue de Tajoura, qui compte plusieurs sites militaires appartenant aux groupes armés pro-GNA, est régulièrement la cible de raids aériens des forces du maréchal Khalifa.

Le bureau libyen du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) s'est dit sur Twitter "extrêmement préoccupé" par ces frappes, ajoutant que "les civils ne devraient jamais être ciblés".