Après Kaaris, Booba fait aussi son retour sur Instagram

KHIPPI | Politique Economie Sports> Lifestyle People Migration Tech & Science Crimes

Après Kaaris, Booba fait aussi son retour sur Instagram



Publié le 26 Août 2018 | khippi


Tout juste sorti de prison, le "Duc de Boulogne" s'est exprimé pour la première fois sur Instagram vendredi 24 août au soir, après 20 jours de détention provisoire et dans l'attente de son procès le 6 septembre prochain.

Quelques heures après Kaaris, Booba est lui aussi sorti du silence. Contrairement à Kaaris qui avait posté une photo attendrissante avec sa fille sur Instagram, le "Duc de Boulogne" a lui joué la provoc. Le rappeur a en effet publié une photo prise par un passant lors de son interpellation à Orly. Une photo accompagnée du #behappy, inscrit sur le mur derrière lui, où on voit Booba le sourire aux lèvres accompagné d'un policier.

Il a ensuite posté une vidéo plus amusante sur un ton moins incisif et plus humoristique. On y voit en effet un chaton et un hamster jouant ensemble. Une vidéo qu'il a commenté d'un "Je serai irréprochable", assurant ainsi au public de son comportement exemplaire jusqu'à la tenue de son procès le 6 septembre prochain. Le rappeur tente de changer son image sulfureuse. Durant sa détention à Fleury-Mérogis, il avait dénoncé une justice à deux vitesse dans un tweet.


Pour rappel, Kaaris l'avait précédé dans la journée d'hier en postant une image de sa fille sur Instagram. "Papa va bien. Je resterai toujours debout pour toi", avait écrit le rappeur sous une photo où on le voit porter tout sourire sa fille née en 2016. Dans son message, il remerciait aussi tous ceux qui l'ont soutenu, avec un clin d'œil particulier à la ville de Sevran où il a grandi (#270 étant la fin du code postal de la ville), et à la Côte d'Ivoire dont il est originaire, (#225 étant le code régional du pays).

Après leur rixe dans un hall de l'aéroport d'Orly, Kaaris et Booba avaient été placés en détention le 4 août dans les prisons de Fresnes et de Fleury-Merogis. Mais jeudi 23 août, la cour d'appel de Paris a ordonné leur remise en liberté et leur placement sous contrôle judiciaire.

VOIR AUSSI: