Inde : il attaque ses parents pour lui avoir donné naissance
 
Skip Navigation Links

Inde : il attaque ses parents pour lui avoir donné naissance

khippi


Publié le 8 Février 2019 | khippi.com




Adepte du courant antinataliste, il considère que l'humanité ne devrait plus se reproduire. Ses parents, avocats, attendent ses arguments, révèle la BBC.



Les enfants sont des ingrats. C'est le sentiment de beaucoup de parents, génération après génération. Mais, Raphael Samuel, un businessman indien de 27 ans, qui vit à Bombay, bat sans doute des records. Selon la BBC, il attaque ses parents en justice pour lui avoir donné naissance sans son consentement.

Si le titre peut paraître provocateur, cet homme comprend bien sûr que ce genre d'autorisation est tout simplement impossible à donner. Mais le cas échéant, il considère que puisque l'on ne décide pas de naître, nous devrions être payés pour vivre. Sa décision, fortement médiatisée, aurait pu provoquer une véritable rupture dans sa famille. Mais ses parents, qui sont tous les deux avocats, semblent prendre la décision avec humour. Kavita Karnad Samuel, sa mère, explique même « admirer sa témérité ». « Si Raphaël peut parvenir à une explication rationnelle sur comment j'aurais pu demander son consentement à naître, alors je vais accepter ma faute. »

Le courant antinataliste

Raphael Samuel utilise surtout cette affaire comme une plateforme médiatique pour faire parler de sa cause. La BBC explique ainsi que sa croyance se base sur l'antinatalisme, une philosophie qui défend le fait que la vie est tellement pleine de souffrances que l'humanité devrait arrêter de procréer immédiatement. « Il n'y a pas de but à l'humanité. Tellement de personnes souffrent. Si l'humanité s'éteignait, la terre et les animaux seraient plus heureux. » C'est à l'âge de 5 ans qu'il aurait fait ses « débuts » dans ce courant. « J'étais un enfant normal. Un jour, je ne voulais pas aller à l'école, mais mes parents insistaient. Donc, je leur ai demandé : “pourquoi est-ce que vous m'avez eu ?” Mon père n'avait pas de réponse. S'il avait été capable de dire quelque chose peut-être que je n'aurais pas pensé ainsi. »

Surtout, son histoire fait penser à celle du film Capharnaüm, présenté au Festival de Cannes l'an dernier. On y suivait alors l'histoire de Zain, 12 ans, un enfant des rues qui attaquait ses parents en justice, leur reprochant de lui avoir donné naissance. Un film récompensé par le prix du jury après avoir arraché une larme à Cate Blanchett.