KHIPPI | Politique Economie Sports> Lifestyle People Migration Tech & Science Crimes
Skip Navigation Links

La Klebsiella pneumoniae, la bactérie ultra-résistante qui provoque des infections quasi impossibles à soigner, fait peur dans les hôpitaux




Publié le Septembre 2019 | khippi.com




On le dit depuis des années, prendre des antibiotiques sans motif valable est dangereux ; cela entraîne une résistance anormale de certaines bactéries. C’est ce qui se passe avec la Klebsiella pneumoniae. Cette bactérie ultra-résistante prolifère. Or, elle peut provoquer des infections quasi impossibles à soigner chez l’être humain.

C’est la revue Nature Microbiology qui traite du sujet. Alexia Verroken, responsable adjointe du laboratoire de microbiologie aux cliniques Saint-Luc y fait part de son inquiétude sur l’accroissement inquiétant de cette bactérie ultra-résistante. « C’est une bactérie que tout le monde a dans son système digestif, en soi, ce n’est pas la bactérie en elle-même qui est dangereuse. Mais lorsqu’elle cause des infections, que ce soit urinaire, digestive ou autre, elle peut être très résistante. Ce qui suscite l’intérêt, c’est que cette étude démontre une hausse de la présence de cette bactérie résistante aux antibiotiques dans les hôpitaux. Donc à cause de ça, les infections sont plus difficiles à traiter, et le taux de mortalité chez les patients est plus élevé », explique-t-elle.



Une étude a observé comment se développait cette bactérie à travers toute l’Europe. Trente-deux pays européens et 244 hôpitaux ont participé à l’étude.

« On assiste à une hausse du nombre de victimes et ce surtout dans les pays méditerranéens. Chez nous, les chiffres restent relativement stables. Mais nous restons extrêmement vigilants, et quand cela arrive, c’est le branle-bas de combat. C’est un vrai challenge de pouvoir soigner le patient. On essaye de trouver le bon mélange d’antibiotiques. De plus, des mesures sont directement prises, comme isoler le patient seul dans une chambre, le personnel portera également une blouse et des gants qu’il jettera une fois la visite terminée afin de limiter la transmission », explique encore Alexia Verroken.