Oui, les stroboscopes de festivals peuvent vous rendre épileptique

KHIPPI | Politique Economie Sports> Lifestyle People Migration Tech & Science Crimes
Skip Navigation Links

Oui, les stroboscopes de festivals peuvent vous rendre épileptique

 stroboscopes

Publié le 12 Juin 2019 | khippi.com






On l’avait attendu toute l’année, la période des festivals est enfin lancée. Au programme : concerts, camping et fiesta jusqu’au bout de la nuit. Pour rythmer les scènes en plein-air, comme celles des soirées clubbing, les stroboscopes seront une nouvelle fois de la party. Mais pas sans danger pour la santé. Comme l’indique une nouvelle étude publiée dans la revue BMJ Open, l’exposition aux stroboscopes (flashs lumineux saccadés) peut augmenter le risque de crises d’épilepsie, même chez les personnes n’ayant jamais présenté les symptômes de la maladie. Menée par un groupe d’experts aux Pays-Bas, l’étude entend ainsi prévenir les festivaliers – qui ne seraient pas encore conscients de leur épilepsie – de rester vigilant face à ce genre de dispositif.



Incidents fréquents

Basés sur plus de 400 300 participants, ayant pris part à 28 festivals de musique en 2015 aux Pays-Bas, les résultats indiquent que l’éclairage stroboscopique est fréquemment utilisé – de jour comme de nuit – lors de ce type d’événements musicaux. Appuyée par les données du Event Medical Services, un service d’assistance médicale présent sur les lieux festifs, l’étude montre que sur 2 776 incidents survenus, 39 étaient dus à des crises d’épilepsie survenues en plein festival (dont 30 pendant la nuit).

Si la science a depuis longtemps établi un lien entre lumières stroboscopiques et crises d’épilepsie, elle ne connaissait pas (ou peu) les risques spécifiques auxquels s’exposent les amateurs de boîte de nuit et autres festivals électroniques. Surtout dans un contexte où beaucoup d’autres facteurs doivent être pris en compte : alcool, drogue, fatigue, etc. « Que les stroboscopes soient les seuls responsables ou que d’autres facteurs comme la privation de sommeil ou les substances illicites jouent également un rôle, nous estimons que les festivals – particulièrement se déroulant la nuit – peuvent faire souffrir certaines personnes d’épilepsie », affirment les auteurs de l’étude relayée par The Independent. Crise subite

D’après les scientifiques, les organisateurs d’événements musicaux n’avertissent pas suffisamment sur les risques associés à l’éclairage stroboscopique. « Les organisateurs de concerts devraient mettre en garde contre le risque de convulsions et prendre des mesures de précaution pour les personnes sensibles », concluent-ils. Comme le précise le journal britannique, les chercheurs de l’étude ont souhaité mener cette étude après qu’un jeune festivalier âgé de 20 ans – non épileptique – ait été victime d’une crise convulsive en plein festival. Interrogé sur ses symptômes, le jeune homme avait nié avoir consommé des stupéfiants ou des médicaments, mais s’est rappelé avoir « détourné son regard des puissants flashs lumineux après avoir ressenti des sensations gênantes ».

L’épilepsie est l’un des troubles neurologiques les plus répandus et touche environ 50 millions de personnes dans le monde, rapporte The Independent, qui ajoute – citant l’association britannique Epilepsy Society – qu’une personne sur 20 est susceptible de faire une crise d’épilepsie ponctuelle à un moment donné de sa vie. Sans nécessairement souffrir d’épilepsie.