Italie: nouveau procès en vue pour Berlusconi dans une affaire d'escort-girls
 
Skip Navigation Links

Italie: nouveau procès en vue pour Berlusconi dans une affaire d'escort-girls

khippi

Publié le 16 Novembre 2018 | khippi.com


L'ancien chef du gouvernement italien est renvoyé en justice pour subornation de témoin. La première audience est fixée au 4 février 2019.

Silvio Berlusconi bientôt devant les juges. Une nouvelle fois. L'ex-chef du gouvernement italien, 82 ans, déjà poursuivi dans le cadre de plusieurs affaires, a de nouveau été renvoyé ce vendredi en justice pour subornation de témoin dans un procès sur des escort-girls. Le tribunal de Bari, dans la région des Pouilles, a fixé la première audience du procès au 4 février 2019.

Cette affaire remonte aux années 2008-2009 quand un jeune et ambitieux entrepreneur de Bari, Giampaolo Tarantini, amenait des escort-girls aux fêtes organisées dans des résidences de Silvio Berlusconi à Rome et en Sardaigne, afin de se faire bien voir. Poursuivi pour incitation à la prostitution, Gianpaolo Tarantini a été condamné à près de huit ans de prison en première instance, mais la procédure d'appel est encore en cours.




Des centaines de milliers d'euros

Parallèlement, Silvio Berlusconi est accusé d'avoir payé l'homme d'affaires pour qu'au cours de ce procès, il taise les détails les plus délicats de ces soirées. Selon le parquet, Silvio Berlusconi a fourni à Gianpaolo Tarantini "des centaines de milliers d'euros, une assistance légale et un emploi" pour qu'il mente aux magistrats sur les escort-girls invitées dans la résidence de l'ancien chef du gouvernement italien.

Silvio Berlusconi fait déjà l'objet de poursuites et de procès en cours pour subornation de témoins à Milan, Sienne, Rome ou encore Turin: il est accusé d'avoir déboursé des millions d'euros pour acheter la discrétion des participant(e)s à ses soirées "bunga-bunga".

Sélectionné pour vous

Carburants: qu'importe l'ampleur de la mobilisation des gilets jaunes,...

Comme dans toutes ces autres affaires, le magnat des médias n'a pas nié les versements à Gianpaolo Tarantini, expliquant avoir seulement "aidé une personne et une famille avec des enfants qui se trouvaient et se trouvent dans de graves difficultés financières".

"Nous sommes confiants qu'après l'ouverture du procès, Silvio Berlusconi sera rapidement acquitté", a commenté son avocat historique, Nicolo Ghedini, cité par le site du quotidien La Repubblica.