Des gérants de la pharmacie canadienne visitée par Bernie Sanders en eaux troubles

KHIPPI | Politique Economie Sports> Lifestyle People Migration Tech & Science Crimes
Skip Navigation Links

Des gérants de la pharmacie canadienne visitée par Bernie Sanders en eaux troubles




Publié le 24 Septembre 2019 | khippi.com




La visite très médiatisée de Bernie Sanders au Canada pour accompagner un groupe de diabétiques venus acheter de l’insuline a mis sous les projecteurs une pharmacie canadienne dont deux gérants sont dans la ligne de mire de l’Ordre des pharmaciens de l’Ontario.

Lors de son passage à Windsor, en juillet dernier, le candidat démocrate à la présidentielle américaine a dénoncé le prix exorbitant de l’insuline aux États-Unis, mettant la vie des diabétiques américains en danger.

Radio-Canada a découvert que le registre de l’Ordre des pharmaciens présente des notes au dossier pour deux des gérants de la pharmacie Olde Walkerville, qui a accueilli à Windsor la caravane de l’insuline. Une pharmacienne est visée par une plainte d’abus sexuel et notre enquête révèle qu'un directeur des opérations utilise un autre nom.

Directrice soupçonnée d’abus sexuel La directrice de la pharmacie Olde Walkerville, Imelda Castillo, est visée par des allégations d’abus sexuel. Elle aurait maltraité un patient émotionnellement, verbalement ou physiquement au cours d’une période située environ entre mars 2017 et avril 2018.

Selon le registre de l’Ordre des pharmaciens de l’Ontario, elle se serait livrée à une conduite qui pourrait être considérée comme honteuse, déshonorante ou contraire aux devoirs de la profession par les membres de l'Ordre.

Mme Castillo aurait contrevenu à la Loi sur la réglementation des médicaments et des pharmacies et à la Loi sur la sécurité et la sensibilisation aux stupéfiants, selon le registre.

Contactée à ce sujet, Mme Castillo n’a pas souhaité commenter l’affaire, indiquant que ces allégations sont de nature privée et que l’affaire se trouvait devant les tribunaux.

Selon l’Ordre des pharmaciens, la date de l’audience disciplinaire à ce sujet n’est pas encore établie. Une copie de la ou les plaintes en question n’a pas pu être obtenue.



Lors de la visite médiatisée de Bernie Sanders, un certain John George s’est adressé aux médias, en se présentant comme le directeur des opérations de la pharmacie Olde Walkerville.

L’Ordre des pharmaciens a toutefois indiqué n’avoir aucune information concernant un prénommé John George, qui n’est inscrit nulle part au registre et dont le titre directeur des opérations n’est pas défini par ses lois et règlements.

Un nom presque identique, John Gerges, apparaît en revanche sur l’acte de vente de la pharmacie Olde Walkerville, située au 1701, rue Wyandotte, à Windsor, en date du 18 juillet dernier, un document obtenu par Radio-Canada.

Le registre public de l’Ordre des pharmaciens comprend un John Gerges, inscrit en tant que directeur des pharmacies Bless JS Pharma Inc. et JM Westview Pharma Inc. à Kinmount et Tilbury et travaillant également à la pharmacie Totten de Windsor et Mill Street de Tilbury.

Le pharmacien inscrit au registre sous le nom John Gerges a fait l’objet de diverses sanctions. Il a été reconnu coupable par l’Ordre des pharmaciens d’inconduite professionnelle pour avoir, entre autres, mal tenu les dossiers sur les ordonnances données, émis ou signé un document dont il savait qu’ils contenaient des déclarations fausses ou trompeuses, administré à un patient un médicament différent de celui inscrit sur son ordonnance et présenté de fausses demandes de règlement à des assureurs concernant des produits qui n'ont pas été distribués aux patients.

Son certificat d’enregistrement a été révoqué plusieurs mois en 2017 et l’Ordre lui a interdit d'agir à titre de gestionnaire désigné d'une pharmacie pendant trois ans à compter de l’année 2017, sanction sujette à révision après deux ans.

Contacté par téléphone le 1er août dernier, le pharmacien de Olde Walkerville, qui s’est présenté comme John George, a nié utiliser un autre nom même si le nom associé à son numéro de téléphone indiquait John Gerges. Il a également nié travailler dans les établissements dans lesquels travaille John Gerges, avant de dire finalement qu’il n’en était pas sûr.

Lorsqu'on lui a demandé s’il pouvait être inscrit à l’Ordre sous un autre nom, le pharmacien répond que cela serait possible, mais qu’il devrait vérifier. Contacté à plusieurs reprises par la suite, ce dernier n’a pas répondu à nos demandes d’entrevues et n’a donc jamais confirmé ou infirmé s’il avait fait cette vérification.

De son côté, l’Ordre dit être en train de faire un suivi auprès de John Gerges et lui demandera des précisions sur l'utilisation de son nom et de son rôle à la pharmacie.

Les trois autres pharmaciens travaillant à la pharmacie Olde Walkerville ainsi que le propriétaire ne présentent aucune note à leur dossier dans le registre public de l’Ordre des pharmaciens.

Il a été impossible de rejoindre le propriétaire de la pharmacie, Ramachandran Ramapathy, malgré des appels répétés au commerce.

Intérêt pécuniaire

Lorsqu’il a été contacté, le directeur des opérations de la pharmacie Olde Walkerville a également précisé les motivations qui l’ont mené à accueillir cette caravane de patients américains venus acheter de l’insuline dont le flacon coûte environ 340 $ US aux États-Unis, soit 10 fois plus qu’au Canada.

Nous faisons de l'argent, bien sûr, cela ne fait aucun doute. Mais nous ne profitons pas de la situation [...] Essentiellement, j'aide un être humain à obtenir quelque chose qu'il n'a pas les ressources nécessaires pour acheter par lui-même, a déclaré celui qui se présente comme John George.

Il reconnaît également avoir contribué à publiciser le faible prix des médicaments canadiens auprès des Américains. Oui, nous faisons de la publicité. Mais ce n'est pas nouveau. [...] Les Américains viennent au Canada pour se procurer de l'insuline. Ça arrive tout le temps, a-t-il ajouté.

À la suite de l'événement médiatique de Bernie Sanders, le président Donald Trump a répondu en promettant lui aussi de réduire le prix des médicaments sur ordonnance. Le candidat Trump a par ailleurs déjà déclaré que les Américains devraient avoir le droit d’importer des médicaments d’ordonnance, un projet qui pourrait causer une pénurie de médicaments en quatre mois pour le Canada.