Côte d’Ivoire : quand la rencontre entre Didier Drogba et Simone Gbagbo fait le buzz
 
Skip Navigation Links

Côte d’Ivoire : quand la rencontre entre Didier Drogba et Simone Gbagbo fait le buzz

khippi


Publié le 28 Décembre 2018 | khippi.com




L'ancien capitaine des Éléphants a rendu visite à l'ex-première dame, jeudi 27 décembre, à Abidjan. Les proches du joueur assurent que cela n'a rien à voir avec de la politique.

Sur l’un des clichés, Didier Drogba embrasse Simone Gbagbo en lui tenant la main. Une deuxième photo les montre assis côte à côte, tout sourires. Tunique orange pour l’un, robe assortie pour l’autre. Postée au milieu de la nuit de jeudi à vendredi sur le compte Twitter du footballeur, elle est assortie d’un court message dans lequel il prône « le pardon, l’unité et la paix.»



Quelques photos diffusées sur les réseaux sociaux ont suffi pour que la rencontre de jeudi 27 décembre fasse grand bruit. Quand le joueur de football le plus populaire de Côte d’Ivoire rencontre une des personnalités politiques les plus connues du pays, le buzz est assuré.

Rééquilibrage

« C’est un très beau cadeau de Noël ! », se serait exclamée, selon son service de communication, l’ancienne Première dame à l’arrivée de l’attaquant ivoirien dans sa villa de Cocody. Rien d’autre n’a filtré sur leur court échange. « C’était une visite de courtoisie pour souhaiter un joyeux Noël et une bonne année à Simone Gbagbo. Il n’y a rien de politique là-dedans »,indique un membre de l’entourage de Didier Drogba.

Alors que chacun de ses gestes est épié et chaque mot interprété, le footballeur était sous le feu des critiques de certains militants de l’opposition depuis qu’il avait adressé par vidéo en novembre ses condoléances à Hamed Bakayoko, le ministre ivoirien de la Défense, après la mort de son père. Ami avec ce proche d’Alassane Ouattara, il était alors accusé de trop frayer avec le pouvoir en place. « Dans ce contexte, la visite à Simone Gbagbo vient rééquilibrer les choses. Cinq mois après la libération de l’ancienne Première dame, cela vise à faire taire tous les médisants », poursuit notre source de l’entourage de Didier Drogba.

Trait d’union

Dans un pays où le football fait figure de religion, l’ancien capitaine des Éléphants est un demi-dieu. Alors, depuis plus d’une décennie, chacun des camps politiques tente d’attirer la superstar, en vain. Bété, comme Laurent Gbagbo, il voyait les portes du palais présidentiel s’ouvrir pour lui à chaque fois qu’il le souhaitait sous le régime de l’ancien président, mais en 2007, en pleine crise, il pèse de tout son poids pour qu’une rencontre de la sélection nationale contre Madagascar se joue à Bouaké, capitale de la rébellion des Forces Nouvelles (FN). Et si son père, originaire de la même région que l’ex-chef de l’État est un militant du Front Populaire Ivoirien (FPI), Didier Drogba a toujours pris garde à n’afficher aucune couleur politique et à soigner ses relations avec tous les partis.

Membre de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR) mise sur pied après la crise post-électorale de 2011 (et dissoute en 2014), il prône la réconciliation et se rêve en trait d’union des Ivoiriens.

Tout jeune retraité, il assure vouloir s’investir plus en Côte d’Ivoire, notamment par le biais de projets sociaux et de sa fondation. Pourrait-il un jour avoir envie de se lancer en politique ? Son ancien partenaire de jeu, Bonaventure Kalou, l’a fait, en remportant les municipales à Vavoua, en octobre dernier. Les proches de Didier Drogba assurent que ce n’est pas du tout « dans les plans » de la superstar.