KHIPPI | Politique Economie Sports> Lifestyle People Migration Tech & Science Crimes
Skip Navigation Links

Échange de tirs entre Israël et le Hezbollah : Beyrouth demande l'intervention de la communauté internationale




Publié le 6 Septembre 2019 | khippi.com




L'armée israélienne a affirmé dimanche avoir mené des frappes dans le sud du Liban en représailles à des tirs de missiles ayant visé des cibles sur son territoire.

Après plusieurs jours de tension dans la région, le Hezbollah libanais a annoncé dimanche avoir « réussi à mener à bien l'attaque prévue » sur un « véhicule militaire » de l'armée israélienne dans le secteur d'Avivim, dans le nord d'Israël.

L’armée israélienne a rapidement confirmé cette déclaration, en indiquant que ces attaques n’avaient fait aucune victime, contrairement à ce que le Hezbollah libanais avait affirmé.

Le Hezbollah a exécuté l'attaque, mais n'a pas réussi à faire de victimes, a déclaré Jonathan Conricus, porte-parole militaire israélien. L'échange de tirs est fort probablement terminé, bien que le niveau de vigilance soit toujours élevé, a-t-il ajouté.

Israël avait répondu à cette attaque par l'artillerie et l'aviation. « Plus de 40 roquettes » de type incendiaire et des munitions à fragmentation ont été tirées sur les environs de trois villages dans le sud du Liban, a notamment rapporté l'armée libanaise.

Les forces d'occupation israélienne ont visé les environs des localités de Maroun al-Ras, Aïtaroun et Yaroun, ce qui a provoqué des incendies dans ces secteurs boisés, selon le communiqué de l'armée libanaise.

Plus tôt dans la journée, le premier ministre libanais Saad Hariri s'est entretenu par téléphone avec le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, et un conseiller du président français Emmanuel Macron afin de demander l'intervention de Paris, de Washington et de la communauté internationale « face aux développements à la frontière sud ».



Israël s'attendait à une riposte militaire du Hezbollah après plusieurs incursions de drones israéliens dans l'espace aérien libanais au cours de la semaine écoulée.

Le chef de la milice chiite, Sayyed Hassan Nasrallah, avait alors souligné que les incursions de drones israéliens ne pouvaient rester sans réponse sous peine « d'ouvrir la porte aux assassinats ciblés ».

Face aux menaces de riposte du Hezbollah, Israël a envoyé des renforts dans la zone frontalière, qui est globalement calme depuis la guerre d'un mois que se sont livrée les deux ennemis de longue date en 2006.

Avant l'opération du Hezbollah, l'armée libanaise a annoncé dimanche qu'un drone israélien avait effectué une nouvelle incursion dans l'espace aérien libanais et largué un produit incendiaire qui a mis le feu à une forêt de pins proche de la frontière entre les deux pays.

L'armée israélienne a reconnu dans un communiqué que des feux de forêt signalés près de la frontière « résultaient d'opérations de nos forces dans ce secteur », sans plus de précisions.

Des habitants et des sources sécuritaires au Sud-Liban ont indiqué que l'armée israélienne avait tiré ces derniers jours des obus incendiaires dans le secteur des fermes de Chebaa, une bande de territoire contestée entre le Liban et le plateau du Golan occupé par Israël.

L'armée libanaise a fait savoir qu'elle surveillait la situation en coordination avec les Casques bleus des Nations unies.