Accusations de viol : Chris Brown insulte son accusatrice à sa sortie de garde à vue


Accusations-de-viol-Chris-Brown-insulte-son-accusatrice-a-sa-sortie-de-garde-a-vue.aspx

Accusations de viol : Chris Brown insulte son accusatrice à sa sortie de garde à vue

khippi


Publié le 23 Janvier 2019 | khippi.com




Chris Brown a démenti sur Twitter les accusations de viol dont il est l'objet. Le chanteur américain a l'intention de porter plainte contre la jeune femme de 25 ans qui l'accuse de l'avoir violée dans la suite de son hôtel parisien mi-janvier.



Chris Brown a démenti sur Twitter les accusations de viol dont il est l'objet. Le chanteur américain a l'intention de porter plainte contre la jeune femme de 25 ans qui l'accuse de l'avoir violée dans la suite de son hôtel parisien mi-janvier.

Après plusieurs heures de garde à vue à Paris, Chris Brown a été libéré mardi soir sans faire l'objet de poursuites. Le chanteur américain est accusé de viol par une jeune femme de 25 ans. Il a réagi aux accusations formulées contre lui sur Instagram. «Je vais le dire clairement... c'est faux (...) Jaammaaiiis!!!!! Pour ma fille et ma famille, c'est irrespectueux et ça va à l'encontre de contre ma personnalité et ma morale», a écrit l'artiste de 29 ans. Ce message est accompagné d'une image où on l'on peut dire «Cette salope ment».



Dans une réaction auprès de l'AFP, Me Raphaël Chiche, avocat de Chris Brown, a affirmé que son client «proteste énergiquement de son innocence» et lui a demandé de porter plainte «en raison de la calomnie dont il fait injustement l'objet».

Les faits dénoncés par la jeune femme se seraient déroulés à Paris dans la nuit du 15 au 16 janvier. Elle affirme avoir été violée par Chris Brown, un de ses amis et son garde du corps, à l'hôtel Mandarin Oriental, après avoir rencontré l'ex-compagnon de Rihanna dans une boîte de nuit du VIIIème arrondissement de la capitale. Le trio a été arrêté lundi avant d'être placé en garde à vue pour «viol aggravé». Chris Brown a également été entendu par les policiers pour «infraction à la législation sur les stupéfiants». Les trois hommes sont ressortis de garde à vue mardi soir sans faire l'objet de poursuites, a indiqué le parquet de Paris à l'AFP, précisant toutefois que les investigations se poursuivaient. L'enquête est confiée au 1er district de la police judiciaire de Paris (1er DPJ).