Jacinda Ardern, une première ministre admirée


Jacinda Ardern, une première ministre admirée

 Jacinda Ardern, une première ministre admirée


Publié le 25 Mars 2019 | khippi.com




Au lendemain de la plus grande tuerie de masse qui a touché la Nouvelle-Zélande, la première ministre Jacinda Ardern (et sa gestion des événements) a été décrite comme « exemplaire » et « impeccable » par plusieurs médias.



Il y a un peu plus d’une semaine, le vendredi 15 mars, une attaque à l’arme à feu contre deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch faisait 50 morts et des dizaines de blessés. Il s’agit de la plus grande tuerie de masse que la Nouvelle-Zélande ait jamais connue alors que le pays a été récemment élu deuxième pays le plus paisible du monde derrière l’Islande, selon le Global peace index. Au devant de la scène, la première ministre Jacinda Ardern a été révélée au monde entier et a impressionné par ses discours et sa gestion des événements. « Exemplaire » estime le figaro, « impeccable » ou encore « un leader », les médias ne tarissent plus d’éloges à propos de celle qui a été propulsée aux devants de la scène par l’atrocité des meurtres commis dans son pays.

La plus jeune première ministre

En 2017, Jacinda Ardern est devenue la plus jeune première ministre depuis 1856 doublée de la plus jeune dirigeante du parti travailliste. Elle est aussi la troisième femme de l’histoire de la Nouvelle-Zélande à occuper ce poste. En 2008, elle devient, à 28 ans, la plus jeune membre de la Chambre des représentants. Et si certains ont pu émettre des doutes lors de son entrée en fonction et se demandaient si la jeune femme allait pouvoir supporter la pression, au lendemain du massacre qui a frappé son pays, la jeune femme de 38 ans semble maintenant faire l’unanimité. « Jacinda fait vraiment du très bon boulot », estiment les néo-zélandais au micro de France TV.

Au lendemain de l’attentat qui a touché la communauté musulmane, la première ministre a inspiré le respect de tous en apparaissant voilée auprès de ceux qui avaient été directement impactés. « Il ne pouvait pas y avoir de réponse symbolique plus puissante à la terreur infligée aux personnes tuées en train de prier à la mosquée que les images de la Première ministre voilée et le visage rempli de tristesse, aux côtés des membres de la communauté musulmane de Christchurch », estimait le New Zealand Herald dans un édito.

De même, lors d’une session spéciale du parlement, elle a commencé son discours par un solennel « Salam Haleykum », s’engageant à ne jamais prononcer le nom du « tueur des mosquées » par respect pour les victimes et attachant une importance particulière à faire sentir à chaque musulman qu’il a sa place en Nouvelle-Zélande. Une collégienne a même tenu à lui écrire une lettre pour lui dire « publiquement combien je vous apprécie » et comment elle a été touchée par l’empathie de sa première ministre. Deux pétitions ont même été lancées dans le but de proposer Jacinda Ardern comme prix Nobel de la paix pour sa manière d’avoir géré l’après-attaque.

" La loi sur le port d’arme



Au-delà de ses nombreuses marques d’empathie et de ses discours plein de bienveillance, la première ministre, en poste depuis à peine un an et demi, a décidé de mener des changements concrets tant au niveau législatif qu’au niveau culturel. Ainsi, elle a annoncé une révision des lois sur les armes à feu. La Nouvelle-Zélande va donc interdire toutes les armes semi-automatiques de type militaire ainsi que les fusils d’assaut dès le 11 avril prochain. Et des centaines de Néo-zélandais ont déjà entrepris les démarches pour rendre leurs armes.