L'inquiétant message d'Emiliano Sala à bord de l'avion porté disparu
 
Skip Navigation Links

L'inquiétant message d'Emiliano Sala à bord de l'avion porté disparu

khippi


Publié le 23 Janvier 2019 | khippi.com




Le footballeur Emiliano Sala est toujours porté disparu. Un message vocale envoyé à des proches révèle son inquiétude à bord de l'appareil.



Qu'est-ce que j'ai peur!": le footballeur argentin Emiliano Sala avait envoyé un message vocal à des proches dans lequel il s'inquiétait de l'état de l'avion, toujours introuvable mercredi matin après sa disparition lundi soir au-dessus de la Manche. Les paroles de l'attaquant de 28 ans, transmises via la messagerie WhatsApp et révélées mardi soir par le quotidien sportif argentin Olé, apparaissent rétrospectivement glaçantes, mais sont prononcées sur un ton assez calme, et ponctuées de bâillements. "Je suis dans l'avion, on dirait qu'il va tomber en morceaux, et je pars pour Cardiff", dit Sala. "Si dans une heure et demie vous n'avez plus de nouvelles de moi, je ne sais pas si on va envoyer des gens pour me rechercher, parce qu'on ne va pas me trouver, sachez-le. Papa, qu'est-ce que j'ai peur!", ajoute-t-il, sur un fond sonore évoquant celui d'un aéronef.

Le légendaire Diego Maradona, lui, a tenté de conjuger cette "malchance terrible" en disant espérer, sur un ton désabusé, que l'avion de tourisme se soit "trompé d'aéroport et qu'on le retrouvera vivant", dans un message audio relayé par le journaliste Martin Arevalo sur Instagram. Une fausse piste puisque les autorités britanniques avaient assuré avoir "appelé tous les terrains d'aviation du sud de l'Angleterre pour savoir si (l'avion) y avait atterri".

Le monomoteur Piper PA-46 Malibu emprunté par le joueur, effectuant le trajet Nantes-Cardiff, a disparu des radars lundi soir vers 20h20 GMT, à une vingtaine de km au nord de l'île anglo-normande de Guernesey. Le contrôle aérien de l'île voisine de Jersey avait précisé lundi soir que l'avion et ses deux occupants, qui volaient dans un premier temps à 5.000 pieds, avaient demandé à descendre et évoluaient à 2.300 pieds avant d'échapper aux radars. Les recherches, entamées lundi soir, ont duré "quinze heures" et couvert près de 3.000 kilomètres carrés, selon la police. Elles ont dû être interrompues mardi au coucher du soleil, reportant de plusieurs précieuses heures les chances de détecter tout signe de vie. Sous la direction des garde-côtes de Guernesey, avec des moyens britanniques et français, ces recherches devaient reprendre mercredi dès l'aube pour tenter de localiser d'éventuels débris.



S'il est tombé, "l'avion se serait brisé, auquel cas il n'y a pas d'espoir", indiquait mardi soir à l'AFP John Fitzgerald, directeur général de l'agence de secours maritimes Channel Islands Airsearch. De plus, "la température de l'eau est si froide en ce moment que s'ils (les passagers, ndlr) se trouvaient dans l'eau, le froid les aurait maintenant gravement affectés". "Les heures passent et je ne sais rien, cela me fait penser au pire": le désespoir du père du joueur, Horacio, en larmes au moment de s'adresser à la presse depuis l'Argentine mardi soir, en disait long sur les chances de survie de son fils.

A Nantes, club que Sala venait de quitter pour s'engager avec Cardiff (formation galloise évoluant en première division anglaise), l'annonce de la disparition de l'avion a rassemblé des centaines de personnes venues déposer mardi soir des fleurs en hommage à leur meilleur buteur, auteur de 12 buts en championnat en une demi-saison. A Cardiff, l'émotion était également immense trois jours après la signature du joueur, pour un montant estimé par la presse à 17 millions d'euros. Le directeur du club, Ken Cho, s'est dit "choqué". Un supporter, Josh Thomas, s'est lui lamenté en marge d'un autre rassemblement de fans: "Il était non seulement notre transfert record mais aussi celui qui allait retourner la situation et marquer les buts nous permettant de nous maintenir" en Premier League.

Le 16e de finale de Coupe de France des Nantais contre l'Entente SSG (3e division), prévu mercredi, a été reporté à dimanche, et le foot français a communié mardi, avec de nombreux messages de soutien de la part de clubs et d'acteurs du jeu. Et provenant de ceux qui avaient côtoyé "Emi". "Je prie pour Emiliano et sa famille", a réagi son ancien entraîneur à Nantes, Claudio Ranieri. Sur les réseaux sociaux, les messages de soutien affluaient, et une polémique, avec la photo tweetée mardi par la star Cristiano Ronaldo: on le voit se faire un selfie, tout sourire, à bord d'un avion. "Pas le bon jour pour ce tweet. Vraiment pas", a notamment réagi l'ancien joueur anglais Gary Lineker.

Arrivé jeune en France et formé à Bordeaux, puis prêté à différents clubs (Orléans, Niort, Caen), Sala avait avait fini par signer à Nantes en 2015 pour un million d'euros, où il était parvenu à faire oublier ses allures un peu gauches et sa technique rudimentaire grâce à un réalisme précieux. Après avoir vu s'évanouir la possibilité d'un transfert en Turquie à Galatasaray cet été, il avait finalement obtenu un bon de sortie au mercato d'hiver, au grand dam de l'entraîneur Vahid Halilhodzic, avec lequel il avait tissé une relation forte. Lundi, il était revenu à Nantes prendre ses dernières affaires avant de rejoindre Cardiff définitivement. Il avait publié une photo de lui entouré de ses ex-coéquipiers, souriant comme toujours.